Cycle de l'eau

Focus sur la ville de Metz

Découvrez l’histoire et le cycle de l’eau à Metz de l’époque Romaine à nos jours

I - L'histoire de l'eau à Metz

L’époque romaine : l’aqueduc

 
L’eau potable de la source des Bouillons, au voisinage de Gorze, est reconnue abondante et aussi de bonne qualité.  Pour éviter de puiser les ressources à l’extérieur de Metz, il est décidé d’amener cette ressource jusque dans la ville, qui était alors dépourvue de toute installation.
La construction de l’aqueduc de Jouy-Aux-Arches, véritable ouvrage d’art dont l’architecture impressionne encore par sa taille débute en 37 avant J C et se poursuit jusqu’en 96 après J C.
De cet aqueduc long de 22 km, ne restent aujourd’hui que quelques vestiges.
Ses arches, éléments imposants et emblématiques, se dressent encore le long de la Moselle à Jouy. 
XIXème et début du XXème siècle : les grandes avancées

 
Suite à la destruction de l'aqueduc, ce n'est qu'en 1855, avec les projets de l'ingénieur municipal Van Der NOOT, que les sources de Gorze alimentent le centre de Metz avec la construction du grand réservoir des Récollets. En parallèle, la Ville de Metz est quasiment privée d'eau et doit avoir recours à l'eau de la Moselle et aux puits puisant dans la nappe alluviale.
En 1903, l'Usine « Sud » est construite, et en 1907, c’est le tour de l'Usine « Nord ». Ces deux installations contribuent, à l'aide des 29 puits dont elles disposent initialement, à augmenter la capacité de distribution. Les matériaux utilisés pour les conduites souterraines évoluent également progressivement : d'abord en bois, puis en fer, et enfin en fonte. 
1970 : Les nouveaux aménagements

Pour subvenir aux besoins d’une population sans cesse croissante et ainsi pallier les insuffisances en alimentation, la Ville de Metz décide les travaux suivants :
  • Création du lac de Madine : réserve d’eau de la Ville de Metz
  • Exploitation d’un affluent de la Moselle : le Rupt-de-Mad
  • Construction du barrage d’Arnaville afin de disposer d’un volume fixe d’eau de stockage
  • Développement de nouveaux tronçons d’adduction de l’eau par des conduites en acier et béton armé.
Aménagement de la station de prétraitement à Jouy-Aux-Arches et de la station de traitement de Moulins-lès-Metz.Construction de 3 réservoirs, à l’est de Plappeville, d’une capacité de stockage de 10 000 m3 chacun 
1990 : Affinage de l’eau sur charbon actif

 
L’usine de Moulins-lès-Metz a été étendue avec la construction d’un nouveau bâtiment destiné à recevoir 6 filtres au charbon actif. L’action du charbon actif élimine les micropolluants et améliore la qualité gustative de l’eau.
2004 : L’amélioration des ouvrages
Chaque année, des travaux sont réalisés sur les installations (réservoirs, Usine de Moulins-lès-Metz, barrage d’Arnaville…) et sur le réseau (vannes, canalisations, branchements…) afin d’optimiser les capacités de production, de traitement et de distribution de l’eau potable à Metz.



II - Le cycle de l'eau à Metz

Les ressources
  • Le lac de Madine (35 millions de m3 d’eau) et le Rupt-de-Mad (affluent de la Moselle)
Ils constituent l’essentiel de la réserve en eau. L’eau, d’abord acheminée vers le barrage d’Arnaville (celui-ci peut retenir jusqu’à 330 000 m3), est mise sous canalisations et est conduite jusqu’à l’usine de traitement de Moulins-lès-Metz. Entre le barrage et l’usine, l’eau met entre 4 et 8h (suivant le débit) pour effectuer son périple.
 
  • Le champ captant de la nappe alluviale
Situé au Nord de Metz, il s’étend de Novéant à Sierck-les-Bains sur une distance de 60 km. L’eau ici captée par les puits est ensuite dirigée vers les usines de Hauconcourt et Saint-Eloy.
 
  • Les sources de Gorze et de Lorry
​Datant de 1870, les sources de Gorze représentent la plus ancienne des alimentations de la Ville de Metz. L’eau est envoyée à l’usine de Moulins-lès-Metz pour être mélangée à l’eau du Rupt-de-Mad
Les installations de production
La capacité totale de production d’eau potable de l’ensemble des installations gérées par la Société Mosellane des Eaux est de 95 100 m3 par jour production réelle.
 
  • L’usine de Moulins-Lès-Metz

Conçue pour traiter les eaux de surface, l’usine comprend les équipements de régulation hydraulique et de stockage, ainsi que des bassins de pré-ozonation, de décantation, de filtration sur sable et de filtration sur charbon actif. Voir le schéma explicatif illustré du cycle de l'eau à Metz.
La capacité de production de l’usine de Moulins s’élève dans l’absolu à 60 000 m3/ jour mais au regard des besoins elle est de l’ordre de 40 000 à 45 000 m3 par jour.


 
  • L’usine de Hauconcourt
L’eau est exhaurée à l’aide de 50 puits. Stockée dans un puits collecteur où elle est pompée pour se soumettre à une aération favorisant l’élimination du gaz carbonique en excès et évitant au fer et au manganèse de s’oxyder, elle subit un ultime traitement au chlore.
La capacité de production de l’usine de Hauconcourt est de 9 600 m3 par jour

 

 

 
  • L’usine de Saint-Eloy
L’eau est exhaurée à l’aide de 54 puits.
Sa capacité de production est également de 7 500 m3 par jour.
 
  • L’usine Sud
Située au sud de Metz, cette usine comprend 30 puits. Dans le puits collecteur recueillant l’eau d’exhaure, elle est aérée pour permettre l’élimination du gaz carbonique excédentaire. Elle est pour finir refoulée vers l’usine de Moulins-lès-Metz. Sa capacité de production par jour est de 6000 m3
La distribution
 
Le réseau de distribution de l'eau potable est constitué de 834 km de canalisations et 320 km de branchements
La Mosellane des Eaux a mis en place la sectorisation des 834 km de canalisations avec la pose de 50 débitmétres. Ainsi, le réseau est découpé en 26 zones de distribution. Les informations recueillies par tronçons permettent alors une meilleure surveillance des volumes ainsi que des débits d’eau, et par conséquent, une localisation plus précise des fuites sur le réseau.
L'eau est stockée dans 12 réservoirs étanches enterrés sur les hauteurs de Metz. Le rythme de remplissage des réservoirs est maintenu par la régulation des flux entrants et des flux sortants.

 

Schéma usines